Lifestyle

Et puis je me suis levée tôt le matin

travailler au lit le matin sur mon ordinateur

Avec mes 2 jobs et les projets qui rentrent pour le blog (à ce propos, un gros make over s’en vient pour la fin du mois d’avril afin de mieux accompagner mes idées créatives et rédactionnelles et me permettre de développer plus de projets), comment vous dire que 24h dans une journée c’est moche comme c’est pas assez?. Et dire qu’il n’y a pas si longtemps, je disais que le matin, c’était comme le lundi : à mettre à la poubelle… J’ai bien changé d’avis. (sur le matin. Pas sur le lundi.)

On ajoute là dessus que je tiens quand même à maintenir une vie sociale et à faire du sport 3 à 5 fois par semaine sinon ce sont mes nerfs et mon corps qui lâchent (pis j’ai un bikini body à essayer de préparer pour Hawaï dans un mois, c’est pas gagné mais c’est pas ma priorité dans la vie non plus).

C’est sûr que dans tout ça, être insomniaque… on peut dire que ça aide. C’est d’ailleurs « grâce » à ces heures de sommeil qui se font bien trop peu nombreuses que je trouve le temps de travailler autant et si tard.

J’ai malgré tout essayé de réguler un peu tout ça pour me sentir un peu moins déboussolée et fatiguée.

gif en stop motion d'un petit déjeuner au lit

 

Mes insomnies se caractérisent de la manière suivante : le soir, à priori aucun problème pour m’endormir à un horaire décent (si j’ai fini de m’activer à 23h, je n’ai qu’à lancer une série et 5 minutes plus tard je ronfle bien fort #nojoke). Par contre, à 3h du matin : c’est terminé. Orbites grands ouverts et neurones en action, et en plus la nuit, tout devient anxiogène. Je cogite et j’angoisse pour des trucs qui – le jour – ne sont que de petites situations à gérer (mais la nuit, tout semble insurmontable). Rarement j’arrive à me rendormir (ou alors entre 6 et 7h du mat, après avoir gambergé 3h dans le noir, je me rendors moins d’une heure avant que le réveille ne sonne et me retrouve au radar pour le reste de la journée).

J’ai fini par décider de rallumer mon ordinateur la nuit pour bosser, rédiger, avancer des projets, m’organiser, mettre au clair mes To-Do à rallonge parce que j’ai du mal à procrastiner avec les obligations : tant qu’une tâche n’est pas accomplie, je ne la sors jamais vraiment de ma tête. Je me suis dont dit que – tant qu’à faire – je n’avais qu’à profiter de ce temps où j’étais réveillée et stressée pour rien pour justement faire ce que j’avais à faire et me soulager l’esprit. Effectivement, ça m’a aidé. Une heure de boulot au milieu de la nuit me permettait de faire un bon tri dans ma vie et dans ma tête, de me soulager et de me rendormir comme un loir (car un peu épuisée d’avoir bossé à un moment qui n’était pas vraiment fait pour). Passer de 3h éveillée au milieu de la nuit à une seule, c’était pas mal sur le papier mais loin d’être idéal pour le cycle de sommeil.

Fin décembre, j’ai décidé de prendre un 2ème job à 15h par semaine (que je fais de la maison) en parallèle du mien pour arrondir les fins de mois et voir ce que ça donnerait d’être un peu ma propre patronne. J’ai absolument adoré ça (et j’y suis encore), mais 15h de travail supplémentaire par semaine, c’est une sacrée organisation (sachant que mon emploi à temps plein n’est pas un job de fonctionnaire: je travaille en agence de com, autant vous dire que je ne fais pas du 9 à 5 – surtout depuis que j’ai hérité de 2 fois ma charge de travail suite à des changements et évolutions dans la compagnie). En tout cas… les challenges, moi j’aime ça.

Être un ninja de l’organisation, c’est l’une des mes spécialités et c’est pour ça qu’on me paie. Savoir jongler avec 16 balles, c’est possible (j’ai pas dit « reposant », ok?!), c’est juste qu’il faut une méthode au point pour pouvoir le faire plus de 10 secondes et sans trop morfler.

J’ai donc fait un emploi du temps pour ma vie en général pour m’assurer de ne dropper aucune balle, en comptant et répartissant mes heures pour mon 2è job, mes heures d’entrainement, celles que je dois prévoir pour mes projets en lien avec ce blog et en ajustant le tout en fonction des verres à prendre avec les copines. J’ai mis des rappels pour TOUT dans mon téléphone, incluant ceux pour prévoir du temps pour me faire les ongles, ne pas oublier de texter telle copine pour lui demander si sa date s’est bien passé le lendemain de ladite date dont elle m’aura parlé 3 jours auparavant, ne pas oublier de prendre mon lunch ou mes affaires de sport, me faire penser à faire ma vaisselle et mes lessives (oui, tu peux rigoler, je t’autorise, mais au moins je sens bon et mes copines me trouvent sympa haha). Les rappels de mon téléphone, mes calepins et les alertes Google Calendar sont officiellement mes meilleurs potes dans la vie. Ca a finalement donné que j’étais juste plus fatiguée à cause de la charge de travail et que j’avais besoin d’un peu plus de sommeil. Le réveil de mon « moi nocturne » et maléfique s’est donc naturellement décalé de 3h du mat à 5h du mat. Là ça a peu à peu commencé à ressembler à des nuits décentes.

 

rappel iphone

Bon, et sinon, pourquoi le matin c’est bien?

Au lieu de rester à trainer au lit sachant pertinemment que je ne me rendormirai pas, j’ai décidé que de me réveiller à 5h30 était acceptable voire même serait bénéfique. Mes journées à l’agence commençant à 9h30, ça me laisse donc une belle plage horaire pour avancer mes projets « perso » le matin avant d’attaquer la journée.

J’appelle Magloire pour qu’il grimpe dans le lit et vienne dire bonjour comme un chat poli, je me fais un thé (Marco Polo ou Muguet – tous deux de chez Mariage Frères) (d’ailleurs j’essaie d’arrêter de boire du café et je m’en sors franchement bien) et prends mon petit déjeuner sur un plateau dans le lit, je lance une playlist Google Play Musique (qui a toujours des trucs vraiment cool à me faire découvrir et des playlists qui collent avec mon humeur ou ce que je suis entrain de faire), je cale une montagne d’oreillers autour de moi dans le lit et je jouis du luxe de pouvoir bosser au calme, en pyjama et pendant que le téléphone ne peut pas sonner. J’en profite pour rédiger du contenu à la fraiche, créer de nouveaux articles, trier des photos, faire une liste de nouveaux articles à rédiger dans un délai décent, répondre aux mails, commentaires, questions, voir comment je pourrais améliorer ci ou ça, lire des articles et en apprendre plus sur ce qui m’intéresse ou ce que j’ai envie de développer. Bref, ce nouveau système fonctionne franchement bien. Il n’est pas infaillible, je fais encore des insomnies, mais quand ça fonctionne, c’est vraiment top et je suis bien moins fatiguée au cours de la journée.

Je mets un réveil pour 8h et là, je mute en la chef de projet que je m’apprête à être pour les 10 heures qui vont suivre, au rythme d’une douche en musique et des coups de pinceau qui vont me donner l’air plus en forme que mon joggo-pyjama-trop-doux. Téléphone chargé, chat nourri, chaussettes identiques enfilées, lunch emballé, affaires de sport sur le pas de la porte et c’est parti pour une folle journée.

Cartable de business woman avec iPhone, iPad et pinceaux de maquillage

Je viens justement de découvrir l’article de Julia du blog À la mode Montréal qui explique que pour elle aussi, ça a changé pas mal de choses de se lever plus tôt le matin, et qui liste une série d’articles qui pourraient nous motiver à nous lever tôt le matin (à la fin de son article).

Good morning écrit avec des grains de café

Debout aux aurores, la nouvelle trend de 2016? #MorningKiffing

maryne

You Might Also Like

4 Comments

  • Reply
    Aurélie - Plumedaure
    13 avril 2016 at 8:52

    Moi j’ai toujours bien aimé le matin ! Je suis une lève tôt ! Bisous ma belle et bonne journée ! Et surtout profite bien de Hawaï (je ne suis pas du tout jalouse)

    • Reply
      The DreamCatcheuse
      13 avril 2016 at 2:43

      Chanceuse!! 🙂 Moi ça fait très peu longtemps que je le suis mais je gagne tellement de temps la semaine et profite tellement plus de mes weekends aussi! 🙂 Bisouuus

  • Reply
    Isabelle Curau
    13 avril 2016 at 2:09

    Ça donne envie. J’ai tout le temps 36 projets et l’impression d’avoir le temps pour rien. Mais le hic c’est que je suis une vraie marmotte. Pas d’insomnie et clouée au lit à la superglue jusqu’à ce que je sois dernière minute 🙁

    • Reply
      The DreamCatcheuse
      13 avril 2016 at 2:50

      C’est vrai que cette méthode est plus simple à appliquer quand on se réveille naturellement mais tu n’es pas obligée de te lever aussitôt que moi par exemple haha, J’avoue que travailler dans le rush est aussi une chose qui me stimule mais ça « fonctionnait » quand j’avais moins de choses à gérer en même temps. Aujourd’hui il faut que je m’organise plusieurs jours à l’avance sinon, un imprévu et c’est cuit.
      Aussi, se faire une to do liste la veille peut vraiment aider, avec une liste de choses à faire qui soit raisonnable pour ne pas se décourager, s’assurer de faire les indispensables et ressentir de la satisfaction à la fin de la journée justement parce qu’on est parvenu à les faire 🙂
      Bisous

    Leave a Reply